jours_toxiques

Ça commence comme un roman sur une histoire de famille ordinaire : parents divorcés, grands-parents vieillissants et déclinants, une soeur avec laquelle il n'y a plus vraiment de relations, des enfants -jeunes adultes- qui ont quittés le nid... Des incompréhensions entre générations, des rancoeurs familiales, des dissensions entre parents et enfants... Rien que de plutôt normal sauf qu'on apprend que Jack, le fils de 20 ans, est héroïnomane et tout est bouleversé.

Julia, la mère essaye de sauver son fils avec l'aide de la famille, son ex-mari le père de Jack et un médiateur spécialiste de la drogue. Mais il est presque impossible de sauver un addict à l'héroïne malgré lui. Le mensonge est coeur de sa vie et les liens familiaux, les relations humaines, n'ont plus de sens pour lui.

Au niveau de la forme, on entend régulièrement les pensées des différents personnages qui reviennent sur leur passé que ce soit pour analyser leurs relations ou leur rôle dans la descente de Jack dans la drogue.

C'est un roman bien construit (malgré certaines longueurs dans les pensées de certains personnages), sur l'introspection d'une famille, sur l'angoisse des parents qui découvrent que leur enfant se drogue et qu'ils ne peuvent pas grand chose pour l'aider. Ce roman est fort quand il montre à quel point un tel événement retourne toute une famille.

Merci à blog_o_book et aux éditions Buchet Chastel pour ce partenariat.

Je ferai toutefois la remarque que j'ai noté plusieurs phrases mal tournées... Est-ce un problème de traduction? En tout cas une relecture plus approfondie aurait été nécessaire... Par exemple : "Était-ce pire de commettre une erreur un animal avec qui ne comprenait pas qu'on essayait de l'aider?" (p 416)