Pour ceux et celles qui ont suivi mon projet, je vais essayer de vous raconter mon marathon, mon défi, mon aventure!

On peut dire que le marathon a commencé le samedi matin quand on est allé chercher mon dossard ;-) après une longue attente je suis toute fière d'avoir mon numéro personnel 50725 et toute fière de poser pour la photo d'avant course!

P1070079

Samedi soir, après avoir tout préparé pour éviter de réveiller mes hommes trop tôt P1070087, je dois avouer que je n'ai pas très bien dormi : réveil toutes les heures comme avant un examen ;-)

Je me suis réveillée à 6h40 et j'ai mangé mon "gâteau sport" (une espèce de truc spongieux qu'il faut manger de 1/4 d'heure en 1/4 d'heure et qui diffuse de l'énergie tout au long de la course) et j'ai préparé mes boissons isotoniques que j'ai réparti dans des gourdes que je vais m'obliger à boire régulièrement (non, non, ce n'est pas du dopage...c'est de la préparation diététique ;-)

A 7h45, je suis prête... P1070083 (Mon fameux dossard avec mon badge "Keep calm and carry on" qui représente ma copine Mrs B et mon badge "Vedette" qui me fait penser à ma best Bulise (fantômette) qui me l'a offert et la photo de Bastien et Maëlys pour me donner du courage!)

Dès le matin, je reçois des sms qui m'encouragent.

J'ai la chance de loger à deux pas de l'Arc de Triomphe (merci S et L) et je suis très vite entourée d'autres coureurs. Je suis  envahie d'une émotion très très forte, avec des papillons dans le ventre, l'envie de sourire, rire et aussi pleurer... C'était vraiment fort ce moment où les gens se rassemblent dans les sas.

P150412_08

L'attente est longue car les départs sont espacés pour éviter les engorgements dans les rues plus étroites alors quand mon sas est parti, les champions avaient déjà couru 15 km ;-). Il fait froid, on se réchauffe avec un peu d'aérobique et avec les sacs plastiques protecteurs.

P150412_09

Départ vers 9h30. Sensation magique de courir au milieu d'une foule hétéroclite avec la musique dans les oreilles avec comme paysage Paris! Je m'oblige à ne pas aller trop vite au début (oui, bon, on ne se moque pas, je parle de mon rythme, ma vitesse ;-) pour ne pas être surprise au bout d'un moment... Après tout après 21km, pour moi c'est l'inconnu!

A 10h40, j'ai couru 10km et je me sens vraiment bien!

A 21km, je suis étonnée de voir que les kilomètres se sont enchaînés si vite... Mais je pense que c'est parce que je me suis préparée à courir le double et du coup, je ne me sens pas à la fin!

A 12h27, j'en suis à 24 km... je commence à souffrir du vent qui est fort et froid.

A 13h13, j'en suis à 30km... on ne peut pas dire que j'ai eu le "mur" parce que je ne courrai quand même pas assez vite pour ça, mais par contre je ressens un fort découragement, plus mental que physique. L'Homme s'occupait de Little Boy B et n'a pas pu aller sur le parcours (c'est compliqué avec un petit de suivre une course) mais je me suis sentie un peu seule (d'ailleurs j'en profite pour remercier les copines qui m'ont envoyé des sms pendant la course, je ne répondais pas mais je les lisais, le sourire aux lèvres!) A ce moment, j'ai alterné marche et course et j'ai eu un peu peur à ce moment là de finir en marchant.

Au 32ème kilomètre,  je croise le chemin du meneur d'allure de 5h30 et je me suis greffée au petit groupe et ça me reboostée!

Au ravitaillement de 35km, j'ai eu du mal à les suivre dans une petite côte et j'ai remarché...

Mais je me suis donné comme objectif de me remettre à courir à 37km200 pour finir les 5 derniers kilomètres en courant... Et je l'ai fait, j'ai pris mon rythme et je ne me suis plus arrêtée. Ces 5 petits kilomètrs sont presque ma plus grande fierté!

Alors? Vous n'en pouvez plus de ces détails techniques... Vous voulez savoir si j'ai fini?

Oui!!! J'ai fini avec grand bonheur, avec le sourire, avec mes deux hommes qui m'encourageaient à l'arrivée : je suis arrivée 32085ème sur les 34297 qui sont partis et les 32980 qui sont arrivés (il y a donc eu 1317 abandons et 895 personnes sont arrivées après moi), j'ai couru les 42,195 km en  5h32'22''

 

(Écoutez bien, la petite voix, c'est Bastien qui m'encourage...)

Comme le temps ne m'importait pas du tout, je me suis même arrêtée quelques secondes pour prendre une photo de la fameuse ligne d'arrivée : P150412_15 Ça a du amuser les photographes officiels car ils ont pris cette photo là : 12034419

J'étais envahie d'une sorte d'euphorie, je ne pouvais pas m'empêcher de sourire! Ma best friend m'a téléphoné quelques minutes à peine après que j'ai passé la ligne et j'ai pu partager un peu ce moment très intense! J'ai récupéré mon poncho (bienvenu car il a fait froid à cause du vent) et ma médaille.

P1070094

Je dois avouer que j'étais très étonnée de moi : à part des douleurs aux jambes, je me sentais en pleine forme, pas de malaise ou de fatigue... Je ne me sentais pas différente qu'après un semi-marathon. J'ai marché pour soulager mes jambes. L'Homme m'a retrouvée et m'a donné ma boisson de récupération (il dit en rigolant qu'il s'occupe de moi comme le mari de Janie Longo ;-) et de la Saint Yorre contre les crampes. Nous avons marché jusqu'à l'appartement. J'étais sur un nuage, je racontais ma course, je répondais aux textos de questionnements et de félicitations.

Je dois avouer que sur le coup, je n'ai pas eu l'impression d'avoir fait un exploit, j'ai l'impression que ce n'était pas si difficile que ça! J'ai couru assez doucement, c'est peut-être pour ça, mais je suis vraiment heureuse d'avoir été au bout de cette aventure. C'est le lendemain en relisant les sms de félicitations de mes amis et la famille que j'ai réalisé que ce que j'ai fait n'était pas anodin!

En fin de journée, après une douche froide sur les jambes, suivi d'un bain chaud, suivi d'une autre douche froide, quelques pansements sur les ampoules (par catastrophiques car j'avais anticipé les points stratégiques!), nous avons marché (oui, oui, marché... C'était pour faire de la récupération active... Merci mon coach!) jusqu'à l'Arc de Triomphe et nous avons même été sur le toit (mais en ascenseur grâce à Bastien et sa poussette car j'aurai été incapable de monter les escaliers!)

P1070098P1070096

Les avenues du départ et de l'arrivée... vu d'en haut et après la course!

Bref, lundi, ça allait déjà mieux, un peu raide dans les montées et descentes d'escaliers... ce qui tombe mal vu que j'ai une maison sur 4 niveaux ;-)

En rentrant lundi soir, j'ai lu les commentaires, les encouragements et les félicitations sur le blog et sur facebook et j'ai été à nouveau très émue de voir tout l'enthousiasme que mon aventure a sucité!

J'ai réalisé que j'ai repris le footing il y a 2 ans, aux 6 mois de Bastien... Ma première course été en juin 2010 avec les 5km de La Rochambelle et j'ai pris la décision de faire le marathon de Paris après le semi-marathon de La Liberté en juin 2011... Mais c'est quelque chose que j'avais envie de faire depuis très longtemps!

J'ai commencé ma préparation officielle pour "finir le marathon" fin décembre 2011 et grâce à la montre GPS de L'Homme, je peux vous dire que j'ai couru 354km à une moyenne de 9,4km/h... + 42, 192 km!

Quelques jours avant la course j'ai eu un peu peur de ne pas y arriver car je ne me suis presque pas entraînée pendant les 3 dernières semaines pour cause de maladie... Mais comme le dit ma Twin Mrs B : le mental c'est très important! Et il était là depuis le début et je me voyais arriver et avec le sourire... et j'ai réussi!

Je dois vous dire aussi que le matin du marathon, mon amie Nelly m'a envoyé un sms pour m'annoncer que l'AFHA avait récolté 1000 euros grâce à cette course! Cela m'a transportée de joie!

Je tiens à remercier mille fois ceux qui ont donné! Il n'est pas trop tard pour donner si vous avez envie de me féliciter en faisant une bonne action!(cliquez vous tomberez sur le billet evec le coupon pour faire un don ;-)

Pour finir voici une pub pour une marque de sport qui sponsorisait le marathon dont le message me correspond aujourd'hui  tout à fait :

P1070078 

Mon message personnel sera : si vous avez un projet qui vous tient à coeur, tentez-le! Même si vous n'êtes pas "taillée comme une marathonnienne" (dixit le cardiologue que je suis allée voir au début de l'entraînement ;-) : vous pouvez réussir!