dans l'or du temps

Cette histoire est celle d'une rencontre improbable entre un homme, encore jeune, père de famille qui passe ses vacances avec sa femme et ses jumelles dans une maison de vacances en Haute Normandie et une vieille femme un peu solitaire qui vit dans sa maison de famille avec sa sœur. Il est très silencieux, elle parle beaucoup mais est quelque peu "braque".

Ils n'ont rien à faire ensemble, ne semblent même pas toujours s'apprécier mais il délaisse de plus en plus sa famille pour passer du temps avec cette femme qui par bribes, entre deux silences, lui raconte l'histoire qu'elle a vécu en 1945 en tant que jeune fille avec son père, photographe, auprès des indiens Hopis. A cette occasion, elle a aussi connu André Breton et c'est l'occasion de raconter l'histoire de ce peuple et de Breton.

Il y a donc deux histoires : celle très romanesque de ce passé passionnant et la vie très ordinaire du narrateur qui ne sait pas ce qu'il veut de sa vie avec sa femme. Tout ce qu'il sait c'est qu'il ressent le besoin de parler avec cette femme.

C'est un roman très riche, plein de non-dits. Une relation humaine très forte se lie entre les deux personnages et c'est une belle histoire entre ordinaire et extraordinaire.

J'aime toujours autant le style de Claudie Gallay.

P 159 : "Un lien secret relie les hommes entre eux. Et puis les hommes avec tout ce qui les entoure, les pierres, les arbres. Breton sait qu'il existe un lien entre cette pensée et la sienne. Et ce sentiment très fort qui lui fera dire dire : "Je trouve ici, enfin, la preuve de la communication possible entre l'homme et la nature."

Petite anecdote... Je me demande si c'est délibéré ou le hasard, mais j'ai remarqué que dans "Seule Venise", "L'amour est une île" et "Dans l'or du temps" il y a la phrase "Il fait non avec la tête" ou "Il fait oui avec la tête"... Je ne me souviens pas pour "Les déferlantes" mais je sais que je chercherai dans ma prochaine lecture ;-)

 J'inscris ce roman dans le  challenge Romans sous Influence de George et Sharon challenge-romans-sous-influences.

Le titre "Dans l'or du temps" fait référence à une phrase d'André Breton, tirée de son manifeste du surréalisme et qui est aussi devenue son épitaphe : "Je cherche l'or du temps". Cette phrase est citée p 53 : "Il a fait graver une épitaphe sur sa tombe : Je cherche l'or du temps. C'est beau vous ne trouvez pas?

-De qui parlez-vous?

-De Breton pardi!"

André Breton est un des "personnages" de l'histoire racontée par la vieille femme. Il y a même un chapitre qui lui est consacré dans le roman. Et le sens de cette phrase pourrait être interprétée comme la recherche de l'essence de la vie et nos deux personnages semblent chercher également un sens profond à leurs vies.

Cette lecture est mon livre "couleur" pour le laurier-couronne-fdb39          pal historique -11