Flash back... 

Fin octobre, alors que j'étais au top de ma préparation marathon, un mois avant le grand jour, j'ai commencé à ressentir une petite douleur au mollet qui ne partait pas et qui a même empiré... Deux passages aux urgences, un passage chez le médecin du sport, une grosse frayeur quand, après être mal retombée sur la jambe qui me faisait mal, je ne pouvais même plus marcher une semaine avant le marathon. Des séances de kiné et un passage chez l'ostéo... Bref, le moral n'était pas au beau fixe et comme vous avez pu le lire ici et ici, je ne partais pas à La Rochelle dans l'idée de le finir mais d'être juste présente...

Et puis, quand vendredi le kiné s'est montré très optimiste, je me suis mise à y recroire un peu, je me voyais bien pouvoir courir quelques kilomètres... Le moral est revenu!

Et samedi, juste avant de partir à La Rochelle, j'ai fait quelques foulées en chaussures de ville jusqu'à la boulangerie (5-6 pas) et j'ai eu mal au mollet alors là, je dois avouer que le soufflé est retombé aussitôt... J'ai vite été réaliste en me disant que j'avais été bien idiote d'y croire car en si peu de temps je ne devais pas trop rêver de pouvoir recourir... Le moral est donc redescendu d'un coup!

Je suis quand même allée chercher mon dossard et on a aussi repéré la voiture qui allait peut-être s'occuper de moi ;-)

1453512_10151976728739651_1855484447_n

1479509_10151976812704651_887118050_n

Dimanche 24 novembre : c'est le jour J!

J'ai préparé mes affaires la veille chez mon frère pour m'habiller sans réveiller personne de bon matin et je n'ai pas très bien dormi, ouvrant un oeil toutes les heures en me disant que je n'allais pas réussir à courir...

1452294_10151977579494651_859685857_n

Petit déjeuner de winner... gâteau énergétique et eau et habillage de runner... Je suis prête!

1456735_10151978546429651_1099116795_n

1450281_10151978640569651_564807702_n1459683_10151978640459651_902154732_n1472849_10151978640324651_1874385002_n

 

Mon frère Fanfan, en bon rochellais, m'emmène tout près de la ligne de départ et je suis très stressée... je n'ai pas encore fait un pas de course, je ne sais toujours pas si je vais passer la ligne de départ en courant ou en marchant... Puis, en suivant les conseils du kiné, j'ai trottiné quelques minutes et étiré mes mollets et...je n'ai pas eu mal du tout! Quelle joie! J'étais rassurée!

Sur la ligne de départ, il fait très froid, même si la chaleur humaine et la bonne humeur sont au rendez-vous! Je retire mon coupe-vent le temps d'une photo pour prouver que j'étais bien sur la ligne de départ au nom de l'AFHA :

1454815_10151978705049651_615972112_n

9h : C'est parti! Je cours tranquillement et je ne ressens aucune douleur. Je cours en souriant tellement je suis heureuse de ne pas avoir mal!

944774_10151979205399651_2138235442_n

1471954_10151979205304651_1613216559_n

 

9h36 : Je passe aux 5km, toujours pas mal, je me sens même bien!

Au alentours de 6 km, mon fan-club m'attend!

1425512_10151979205584651_1436759340_n1456609_10151979206074651_2050139118_nP1100832

 

10h13 : J'arrive à 10 km et je me sens toujours bien, pas du tout mal, je commence sérieusement à m'imaginer sur la ligne d'arrivée, j'ai toujours un sourire jusqu'aux oreilles!

10h51 : 15km, toujours OK, pas de douleur ni de lassitude.

A partir du 17ème kilomètre, il commence à faire très froid à cause du vent assez fort (même les champions s'en sont plaints ;-) et je commence à courber l'échine. A cause du froid, je ne bois pas assez, d'autant qu'aux ravitaillements, l'eau est proposée sous forme de verres d'eau et elle est très froide alors je n'en bois qu'un à chaque fois ce qui n'est pas suffisant (d'habitude je bois plus à chaque ravitaillement).

11h30 : je passe les 20km mais je suis sur le point d'arrêter car je sens une raideur dans le mollet gauche, le mollet blessé/réparé... Mais je veux quand même arriver à 21 km, le symbolique semi-marathon...

11h45 : J'abandonne après avoir passé le panneau de 21km (même si ce passage n'a visiblement pas été validé sur le site, je le vois bien sur ma montre GPS ;-)

Je suis complètement à plat, un peu désorientée quand j'appelle mon frère pour qu'il vienne me chercher, au point où il faut que je raccroche car je n'arrivais pas à parler et marcher en même temps car j'avais vraiment mal aux jambes. Je marche pour récupérer et rejoindre mon frère. J'ai envie de pleurer. Je suis submergée par la déception d'avoir abandonné même si c'est paradoxal vu que quelques heures plus tôt je ne pensais même pas pouvoir courir 1km...

Dans la voiture, je me sens vaseuse et je finis même par vomir (désolée pour les détails) ce qui ne m'étais jamais arrivé après une course. Ce n'était que de l'eau alors j'en déduis que mon estomac n'a pas supporté l'eau glacée des ravitaillements. Puis en remontant dans la voiture, je suis prise d'une très forte crampe à la jambe gauche que j'ai du mal à faire passer, mon frère est même obligé de sortir pour venir m'aider... Cela confirme que j'ai sans doute bien fait de m'arrêter même si la douleur n'est pas si forte.

Un bon bain, quelques étirements des mollets, un peu de repos et une bonne après-midi et soirée en famille (et du champagne!) et le corps va mieux!

La tête par contre est encore emmêlée... Je ne sais pas ce que je ressens... Je sais que je devrais être contente de moi parce que j'ai réussi à courir 21km alors que j'étais blessée la semaine précédente. Je sais que je devrais être fière d'avoir osé me présenter sur la ligne de départ pour honorer l'AFHA et tous ceux qui ont fait des dons alors que je n'avais aucune certitude de pouvoir courir ne serait-ce qu'un pas... Mais en même temps je ne peux pas m'empêcher d'être déçue de ne pas être allée plus loin car finalement, pendant la course, jusqu'au 17ème kilomètre, je me voyais finir... D'un autre côté, je pense que je me suis arrêtée à temps car aujourd'hui, lundi, j'ai une légère douleur au mollet et qui sait dans quel état j'aurai été si j'avais continué (sur le reportage de France 3, j'ai vu quelqu'un qui arrivait dans un piteux état... ça aurait pu être moi!)

Donc le bilan personnel et mitigé -fière et déçue en même temps... Du coup, ça me motive pour me replonger dans un autre marathon dès cette année, quand mon mollet sera parfaitement remis!

Par contre, une chose est sure, je suis vraiment fière de VOUS! Vous qui avez donné, vous qui avez donné envie à d'autres de donner, vous qui avez relayé l'information, vous qui avez fait l'effort de découvrir cette maladie! Avant la course, nous avions atteint les 1800 euro, je suis sure que nous pouvons dépasser les 2000 euros!

Il n'est pas trop tard pour participer au marathon en faisant un donCliquez ici pour lire le billet qui vous explique tout sur mon marathon solidaire!

Il n'est pas trop tard pour donner en téléchargeant ici le coupon : Coupon_don___l_AFHA_pour_le_marathon_d_Enna 

Et je suis sure d'une chose c'est que, le weekend dernier après m'être blessée au point de ne pas pouvoir marcher, si ça n'avait pas été  pour Maëlys et l'AFHA, je ne serai sans doute pas allée jusqu'à La Rochelle "pour l'honneur" et donc je n'aurai même pas couru ces 21km! Alors s'il y a eu un petit miracle, c'est sans doute grâce à l'impulsion donnée par tous ceux qui m'ont soutenue et encouragée et que je ne voulais pas décevoir!

Et puis le miracle, il vient aussi de mon kiné qui m'a quand même sacrément bien rafistolée! Quand je lui dis qu'il est un peu magicien, il me répond : "Je ne fais que mon métier et j'essaie de le faire bien!" Alors merci M. B!!

MERCI à tous! Ça aura quand même été une belle aventure, n'est-ce pas?