796751

Cette histoire nous emmène en Mongolie auprès d’un commissaire au nom imprononçable, Yeruldelgger. Ce dernier a été prévenu par des nomades qu’ils avaient trouvé le corps d’une petite fille enterrée vivante 5 ans auparavant et au même moment à Oulan Bator, on découvre les corps de chinois émasculés et de prostituées humiliées jusque dans la mort.

Yeruldelgger est un homme blessé depuis la mort de sa petite fille, il est intègre mais en colère et devient très facilement violent… Ses relations aux autres sont soit dans le conflit soit dans une certaine distance. L’enquête les entraîne vers un groupe qui vénère Hitler mais aussi vers plein d’autres pistes… On retire les enquêtes au commissaire mais sa collègue Oyun continue de mener l’enquête très efficacement alors qu’il est parti se ressourcer dans un temple…

L’enquête part dans tous les sens… La manière dont sont découverts certains indices est vraiment peu claire, il y a des moments où le hasard est vraiment trop présent. J’ai d’ailleurs trouvé la plupart des situations et la manière dont évolue l’enquête complètement tirés par les cheveux et je lisais en levant les yeux au ciel (surtout les scènes avec le jeune Gantulga qui sont souvent complètement irréalistes…) Je n’arrivais pas à m’attacher aux personnages à cause de cela. Et puis, on dirait que dans tout le pays, il n’y a que quatre ou cinq policiers, deux ou  trois bons, honnêtes et courageux et deux complètement corrompus et malhonnêtes, ce que j’ai trouvé complètement caricatural…

Quant au voyage en Mongolie, là encore il devrait être un atout du roman : les plaines sauvages, les traditions ancestrales, le thé salé au beurre et yourtes, expériences chamaniques et moines bouddhistes … Une amie a utilisé une expression un jour pour parler d’un roman qui se passait dans un pays qu’elle connaissait bien en disant que c’était un « roman wikipédia » et j’ai envie d’utiliser cette expression ici : tout y est, on a tout ce qui « fait » mongol mais j’ai trouvé ça faux ou en tout cas, j’ai trouvé que cela ressemblait à un étalage de tout ce qu’on s’attend à lire sur la Mongolie…mais j’ai vraiment eu l’impression de regarder une carte postale de clichés…

J’ajouterai que la violence est très importante mais surtout envers les femmes.

Je ne suis donc pas du tout emballée par ce polar.

Une petite vidéo amusante où l'auteur nous apprend à prononcer le litre de son livre... J'avoue que je ne sais toujours pas le dire ni même l'écrire de tête!

 

Lu dans le cadre du logo 2014

D'ailleurs vous pouvez aller fouiner sur les blogs des copines jurées de ELLE : 

Ankya,  AwaBiancaBlandineCécile

Eva, FleurGaléa, Kirili

MarjorieMarieMeelly, Micmélo

MiorMusmePascale,

TynnValérieVirginie