hand-that-first-held-mine

Dans ce roman nous suivons deux histoires à deux époques différentes qui n'ont apparemment aucun lien entre elles -et pourtant, assez vite on se demande ce qui les lie... Et on a la révélation assez tard dans l'histoire ce qui est très bien! Les périodes s'alternent.

La première histoire est celle de Lexie, une jeune femme des années 50, qui quitte sa famille et sa vie rigide à la campagne pour Londres après avoir rencontré Innes, rédacteur en chef d'un magazine artistique, bohème et fantasque. Elle va s'épanouir dans le milieu artistique et libre de Soho, tomber follement amoureuse de Innes et prendre de l'assurance. Plus tard, elle devra se débrouiller toute seule pour faire sa place dans le journalisme toujours à Londres. Elle aura un petit rôle de correctrice dans un journal avant d'être remarquée pour son écriture et devenir une journaliste de qualité. Toujours très indépendante et moderne, elle élève son fils Théo seule.

L'autre histoire se passe à notre époque. Ted et Elina viennent d'avoir un bébé et la naissance s'est très mal passée. Elina ne se remet pas bien et elle semble complètement noyée dans l'organisation de son nouveau quotidien (au point où les premiers jours, elle a oublié qu'elle avait accouché). Ces passages montrent sans concession la difficulté des premiers temps avec un nouveau né (j'ai assez bien compris ce qu'elle ressentait en fait). Mais surtout au fur et à mesure qu'Elina commence à reprendre le dessus, c'est Ted, son conjoint, qui commence à perdre pied mais pas de la même manière. La naissance de son fils fait monter en lui des souvenirs d'enfance qui ne correspondent à rien qu'il connaissait jusqu'alors et qui le perturbent beaucoup.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Au début, j'avais un peu l'impression de lire deux romans indépendants et j'aimais les deux thèmes évoqués : une jeune femme qui évolue, qui prend sa vie en main, une femme entière. J'ai trouvé Lexie vraiment touchante et intéressante. C’est aussi la peinture d’une époque. Et puis la partie sur le couple de Ted et Elina est très réaliste, très touchante aussi. J'ai bien senti assez vite le lien qui existait entre les deux histoires mais sans pouvoir mettre exactement le doigt dessus et c'est vraiment une histoire forte.

Ce roman parle de femmes fortes qui font tout pour se sortir des difficultés qu’elles rencontrent (les hommes sont plutôt faibles dans l'ensemble, à part Innes qui est surtout un passionné rêveur) et il parle aussi de maternité (qui est loin d'être idéalisée). C'est aussi une histoire de secrets de famille qui ne se laissent pas si facilement cacher et qui peuvent perturber l'inconscient des années plus tard.

L’alternance des histoires et des époques est vraiment une construction intéressante et originale même si Maggie O'Farrell a déjà joué sur les différentes périodes avec des histoires qui se rejoignent dans "L'étrange disparition de Esme Lennox" pour lequel j'avais eu un coup de coeur. C'est décidément une auteur que j'aime beaucoup!

Pour la petite histoire, dans le roman, il y a un personnage qu’on rencontre de façon très fugace qui fait lien entre les deux histoires car c'est un photographe que Lexie a croisé dans sa vie à Soho et Ted et Elina vont voir une expo de ses photos. Ce photographe, c'est John Deakin (dont je n’avais jamais entendu parler avant) et il se trouve que la couverture de l'édition anglaise que j’ai lue (en photo ici) est une photo de lui intitulée "Girl in Café" : j'aime beaucoup cette photo et maintenant que j'ai découvert ça, j'aime penser que c'est Lexie sur la photo ;-)

  lectures communes avec Tiphanie : Allons voir son avis!

 2496284831 

stock-footage-flag-theme-hd-english-speaking-countries-motion-background-with-spinning-flags-of-english

Repéré chez Leiloona                                    pile-de-livres_95336   92458024   : - 13