coeur

C_Il-pleuvait-des-oiseaux_5477

J’ai commencé ce roman sans savoir quoi que ce soit sur l’histoire : j’avais demandé conseil pour une lecture québécoise sur la page facebook de « Québec en novembre » et les avis étaient enthousiastes. Je l’ai commandé en ligne à La Librairie du Québec à Paris et je l’ai reçu très vite avec un marque page et un stylo (pas plus cher que si j’étais allée directement dans la librairie… In your face Amaz** !!)

Je l’ai donc commencé avec un mélange de confiance et d’impatience et de crainte et de pression : « Et si je passais à côté de ce roman qui a plu à tous ceux qui l’ont lu ?? » Mais je suis entrée dans ce roman avec une grande simplicité et je n’ai pas pu le lâcher !

L’histoire se déroule dans une forêt dense et isolée au Québec où vivent 3 vieillards (enfin, ils ne sont plus que 2) qui ont fui le monde –ils n’existent plus aux yeux du reste du monde –pour commencer une nouvelle vie à leur image. Deux jeunes hommes qui profitent aussi de l’isolement de la nature pour d’autres raisons créent un trait d’union entre les anciens  et le monde avec bienveillance et discrétion.

Il y a aussi cette nouvelle arrivée, cette intruse qui a réussi à passer les barrières et qui a découvert  presque par hasard cet autre monde. Cette photographe qui mène une enquête sur les grands incendies qui ont ravagés les forêts et tués tant de personnes au début du siècle et qui recherchait «Ted, Ed, ou Edward » Boychuck le vieux survivant qui a tant marqué les autres survivants qu’elle a croisés jusqu’ici. Elle ne pourra pas le photographier mais elle va trouver plus qu’elle ne l’imaginait : de belles personnes et un témoignage inattendu presque venu de l’au-delà de la part de Boychuck…

Et enfin, il y a une invitée de plus, une vieille dame qui s’installe avec les hommes dans la forêt mais qui contrairement à ces derniers ne vient pas vivre une deuxième vie mais sa première puisque malgré son âge avancé, elle a jusqu’ici été privée de sa première vie. Elle est innocente et belle comme une jeune fille et apporte un souffle nouveau dans le campement.

Ces rencontres sont lumineuses, elles sont à la fois intenses et simples, évidentes mais complexes. Cette histoire est pleine de poésie et pourtant elle est servie par un style très sobre, sans effets. Les personnages sont très touchants et riches. On parle du présent plein de douceur et de simplicité lié à des passés plus noirs et douloureux. Ce présent est comme un baume pour tous les personnages.

Ce sont des histoires d’amitié, d’amour, de transmission. Un roman où l’homme et la nature sont intimement liés.

Et pour finir je dirai aussi que j’ai aimé la construction du roman avec ses chapitres centrés sur un personnage tout en l’intégrant dans la petite communauté et introduits par des pages en italiques, comme une aparté pour nous préparer à ce qui va suivre, comme si on nous chuchotait quelques secrets avant de continuer l’histoire.

Une pépite à ne pas rater ! Je sais que ce ne sera pas mon dernier titre de cette auteur (je sais déjà ce que je lirai pour Québec en novembre 2016!)

lectures communes autour de l'auteur dans le cadre de logo-québec-en-novembre

unnamed objectif 2015 : -46