station

 

Vous allez penser que j’exagère et que c’est toujours la même rengaine avec moi, mais voici un livre dont il va être compliqué de parler pour vous donner envie de le lire sans trop en dire et sans m’emmêler les pinceaux et sans vous faire peur avec un sujet qui pourrait vous faire fuir (qui aurait pu ME faire fuir) mais auquel j’ai totalement adhéré.

Alors le fait que je l’ai fini hier matin et que j’écrive le billet le soir même pour pouvoir mettre en ligne mon billet ce matin pour une lecture commune n’arrange pas les choses… Ou au contraire, m’oblige à me reposer sur mes impressions toutes fraîches sans trop analyser…

Alors je vais commencer par vous dire que j’ai aimé ce roman et même beaucoup et même si je l’ai lu doucement à cause d’un emploi du temps chargé et d’une fatigue importante j’aurais aimé le lire pendant des vacances pour le dévorer en 3 jours !

Ce n’est pas non plus simple de parler de l’histoire car elle fait des allers-retours dans différentes époques et on croise des personnages à ces différentes époques.

Allez, je me lance !

Le monde tel que nous le connaissons s’est effondré en peu de temps après une épidémie fulgurante d’une grippe inconnue et très mortelle. Presque toute la population meurt, nos technologies de base comme l’électricité, le téléphone, la télévision, les moyens de locomotion deviennent vite obsolètes. Les gens se retrouvent sur les routes et isolés… C’est un peu comme si on avait fait « reset » sur notre mode de vie.

Dans le « passé » du roman, notre présent, nous suivons Arthur Leander qui meurt sur scène alors qu’il joue King Lear, au début de la pandémie et tout au long du roman on remontera dans son passé, ses relations personnelles et sa vie d’artiste.

Dans le présent du roman, nous suivons principalement Kirsten qui est une des actrices de la« Symphonie itinérante », une troupe de théâtre qui joue du Shakespeare et de la musique classique en voyageant entre chaque petite ville ou village récrés dans cette nouvelle société très précaire.

Kirsten est liée à Arthur Leander car elle était enfant actrice, sur scène, au moment de la mort de l’acteur. Et on croisera d’autres personnages ayant été liés d’une façon ou d’une autre avec Arthur et les uns avec les autres.

On passe d’une époque à l’autre, on s’attache aux personnages que ce soit ceux du « passé » qui connaissent une certaine vacuité, une facilité de vie mais ne sont pas si heureux et ceux du « présent » qui vivent dans un dénuement et une incertitude, un danger quasi permanant et qui se raccrochent à des relations fortes et une envie de survivre.

Ce roman est passionnant et rythmé mais c’est aussi une réflexion sur la société. On se pose beaucoup de questions sur ce nouveau monde et sur le nôtre.

C’est aussi un roman bien écrit  très vivant, très réaliste et très beau ! Je suis vraiment contente de l’avoir lu !

C’est le coup de cœur de Eva qui m’a permis de me lancer dans cette lecture.

2016 objectif 2017 : -3

lectures communes avec Edyta. Allons voir son avis!

stock-footage-flag-theme-hd-english-speaking-countries-motion-background-with-spinning-flags-of-english

 

Petit Bac 2017 catégorie "lieu"