coeur   

le coeur

 

Soyons clair, ce billet n’est pas facile à écrire… C’est un coup de cœur et je ne sais pas comment vous en parler.

Anthime est tout d’abord un jeune garçon discret qui vit avec sa sœur et ses parents dans une banlieue assez uniforme et sclérosée. Il devient un prodige de l’athlétisme et puis se blesse et arrête tout, coupe avec sa vie d’avant, abandonne ses rêves et ses désirs. Il rentre dans le moule -celui qu’il avait voulu fuir par le sport – se marie sans amour, habite dans une maison qui pourrait être une maison témoin comme tant d’autres et fait un travail sans passion. Une vie qui l’étouffe sans qu’il s’en rende compte.

Et puis le jour où il réalise qu’il est passé à côté de sa vie, qu’il en est même extérieur, qu’il est devenu un homme informe et sans substance, il se remet au sport, comme un clandestin et il redevient lui-même -le « pélican » de sa jeunesse. Il se met à courir à travers la France pour fuir, pour se chercher et même s’il se perd en route c’est pour mieux se connaître finalement.

J’avais noté ce titre dans ma LAL car j’avais lu qu’il s’agissait d’un roman sur la course à pied et ça m’intéresse mais je dois dire que j’ai été « cueillie » par ce roman car pour moi ce n’est pas un roman sur le sport mais sur plein d’autre chose : le couple, la routine, sur la frustration. Le sport est bien sûr très présent mais il est le déclencheur autant que le remède à toute la grisaille décrite dans cette histoire.

Je ne veux pas vous faire peur en le présentant comme ça mais ce roman est dur car il bouscule une sorte de normalité triste et il met en scène des personnages assez peu sympathiques. Que ce soit Anthime qui par fierté se laisse couler dans le moule ou sa femme qui l’a façonné dans une normalité factice ou sa soeur qui se rassure de son influence sur lui… Ils ont tous des torts et se font tous du mal.

J’ai été bluffée par ce roman qui est tout sauf un roman feel good. J’ai été particulièrement frappée de savoir que son auteur est une toute jeune femme (je crois qu’elle avait 25 au moment de l’écriture du « cœur du pélican ») et pourtant elle a parfaitement cerné l’humanité ordinaire avec ses petits et grands travers, ses hypocrisies, ses manœuvres et ses arrangements avec le quotidien. Ce roman est d’une terrible maturité.

Et puis, il y a aussi le style : c’est une écriture forte à la fois rude, rocailleuse et presque poétique en même temps. C’est rythmé et percutant ! Je sais que je lirai d’autres romans de cette auteur !

1

 

*

2

 

books_gift grâce aux chèques lire de ma Best pour mon anniversaire!. Merci beaucoup!

J'avais repéré ce titre chez  Eva.Son billet en cliquant sur son nom!

 

 2016 objectif 2017 : -4   

objectif PAL chez Antigone

 

Petit Bac 2017 Catégorie "Animal"