Enna lit, Enna vit!

24 août 2016

"Le journal de mon père" de Jirô Taniguchi

coeur       

journal

J’avais lu ce roman graphique en 2006 (c’était avant le blog mais j’ai retrouvé dans mes petits carnets que je l’avais lu en trois tomes) mais je ne m’en souvenais plus vraiment et je suis ravie de l’avoir redécouvert car j’ai eu un coup de cœur pour le graphisme comme pour l’histoire.

Pour commencer, les dessins sont très beaux, d’une grande délicatesse –les traits sont fins et les « coloriages » sont rendus par des motifs légers qui ne surchargent pas les planches. J’ai aussi aimé les portraits de famille qui ouvrent chaque chapitre et que j’ai trouvés vraiment beaux.

Yoshi Yamashita est un homme qui a quitté sa petite ville pour vivre à Tokyo et qui n’est pas revenu depuis des années. La mort de son père le contraint cependant à y retourner.

Lors de la veillée funéraire, les discussions avec les membres de sa famille font ressurgir les souvenirs d’enfance de Yoshi et c’est l’histoire de sa famille qui est racontée. Son père qui était coiffeur et sa mère, heureux ensemble jusqu’à ce qu’un terrible incendie détruise tout : le matériel et l’humain car son père se plongeant corps et âme dans son travail y perd aussi sa joie de vivre et s’éloigne de sa femme. La mère qui quitte alors mari et enfants et que Yoshi ne reverra qu’une seule fois après…Il vit très mal cette perte et en veut à son père toute sa vie. Cette rancœur l’éloigne alors de sa famille.

Cette veillée, à la mort de son père, est l’occasion de voir son père sous un autre jour et de se remettre en question.

Cette histoire fait vraiment réfléchir à ce que l’on perçoit des gens qui nous entourent et l’image que l’on donne de nous et aussi sur la force dévastatrice des non dits et  des mal entendus.

Une histoire de famille vraiment bien racontée. A découvrir !

 

books_gift par Fleur : merci beaucoup! (Cliquez sur son nom pour voir son avis.)

2016 objectif 2016 : -26

 

7169085-une-collection-de-bulles-de-discours-de-style-bd-illustration                 BD de la semaine saumon chez Noukette

     pictosingelionpetit - CopieRoaarrr Challenge

 

Posté par ennapapillon à 06:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 août 2016

"Le train de 16h50" de Agatha Christie

le train de

 

Mrs  McGillicuddy se rend chez une amie en train et elle a la mauvaise surprise d’assister à un assassinat dans un train qui croisait le sien lors d’un ralentissement. Elle est bouleversée mais personne ne la prend au sérieux car on ne trouve pas de corps dans l’autre train. Personne… sauf son amie… Miss Marple !

Miss Marple décide de mener l’enquête et découvre que le corps de la victime a dû être jeté du train à un endroit précis. Se sentant trop âgée pour agir seule, elle fait appel à Lucy Eyelesbarrow, une jeune femme de confiance qui va devenir gouvernante dans la propriété de Crackenthorpe Hall  qui jouxte la voie ferrée et dans laquelle vit un vieil homme acariâtre et radin avec sa fille dévouée.

Quand un corps est trouvé sur la propriété, l’enquête continue (avec l’aide de Miss Marple qui n’est pas loin) et la question se pose de savoir qui peut avoir placé le corps à cet endroit : est-ce un des fils Crackenthorpe ? Le gendre veuf ? Le père ? Un inconnu ? Et qui est cette femme ? Une inconnue ou une femme liée de près ou de loin à la famille ?

Une bonne enquête d’Agatha Christie avec une histoire de famille, des secrets et une Miss Marple toujours pleine de bon sens et aussi une jeune femme moderne, sorte d’alter ego plus jeune de la détective amateur.

Le fait que j’ai lu ce roman en Angleterre dans la région de naissance d’Agatha Christie et même à Greenway House, sa maison de vacances, a donné encore plus de charme à ma lecture : je m’y voyais !

christie01 

 challange-agatha-christie : 45

 

petit bac 2016 catégorie "voyage" pour ma ligne "Agatha Christie"

 a year in England chez Titine

Posté par ennapapillon à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2016

"Career of evil" ("La carrière du mal") de Robert Galbraith

coeur           

career

 

Quel plaisir de retrouver Cormoran Strike, le détective bourru, ancien militaire et mutilé de guerre et sa collaboratrice, Robin Ellacott, jeune femme maligne et déterminée que j’apprécie depuis « L’appel du coucou » et « Le ver à soi ».

C’est un vrai page turner et pour un pavé ce n’est pas négligeable ! Je ne vais pas trop en dire car j’ai eu tellement de plaisir à plonger dans les divers chemins empruntés par cette enquête que je ne voudrais pas vous donner des indices en faisant une gaffe et ainsi pour gâcher les surprises !

Je vais juste vous parler du début : Strike et Robin connaissent une baisse de régime dans leur agence de détectives : plus que deux enquêtes pas passionnantes en plus et les temps sont durs. Un matin, Robin reçoit un colis au bureau et croyant qu’il s’agit de quelque chose en rapport avec son mariage à venir, elle l’ouvre sans s’inquiéter et découvre la  jambe d’un cadavre de femme accompagné des paroles d’une chanson.

Strike pense immédiatement à 4 suspects possibles er si la police le suit sur un des cas potentiels, les 3 autres ne les intéressent pas vraiment. Alors Robin et Strike mènent leur propre enquête.

Les passages concernant les deux détectives, leurs enquêtes et leurs vies privées (quelque peu mouvementées) sont entrecoupés par des passages donnant la parole au tueur en série qui cherche à nuire à Strike tout en assouvissant ses pulsions. Mais à aucun moment l’auteur ne se coupe et nous laisse deviner si cela peut être une des suspects de Strike (en tout cas, moi, je n’ai rien vu !)

Alors, j’ai dévoré ce polar et en même temps je voulais le savourer. Je vous conseille malgré tout de commencer par depuis « L’appel du coucou » puis  « Le ver à soi » car même si les enquêtes sont indépendantes et se terminent à chaque roman, il y a des allusions aux enquêtes précédentes et surtout, les relations entre les différents personnages évoluent et je pense que c’est important de les suivre depuis le début.

2016 objectif 2016 : -25

a year in England chez Titine

stock-footage-flag-theme-hd-english-speaking-countries-motion-background-with-spinning-flags-of-english

 

 

pavé ete 2016 chez Brize

Posté par ennapapillon à 06:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2016

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

6 ans et 10 mois et je continue à vous faire part de ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires!

 Notre ferry arrive à Portsmouth et nous sommes sur le pont. Je lui dis : 

"Regarde, ça y est on est en Angleterre.

-Alors c'est ÇA l'Angleterre ?!!"

 

Pendant les vacances en Angleterre, on voit des coureurs cyclistes :

"Les anglais c'est des copieurs, ils ont fait le tour d'Angleterre !" (il a été bien marqué par le Tour de France qui est passé deux fois chez nous ;-)

 

On parle d'aller dans une ville qui s'appelle Burley et mon petit blagueur nous dit :

"Maman,  tu peux pas aller à Burley!"

-Pourquoi ?

-Parce que tu es allergique au beurre et au lait !" (Burley se prononce à peu près "Beurre lait" ;-)

 

Je le félicite : 

"C'est bien, tu as été patient.

-C'est normal: un bon voyageur ça doit être patient !"

 

Quand on lui demande ce qu'il veut comme dessert (après un copieux fish and chips)

"Une glace à l'eau !

-Je croyais que tu n'avais plus faim !

-Ben oui, mais une glace à l'eau ça nourrit pas justement ! Vous me dites toujours ça quand j'en veux pour le goûter! Alors là, bah j'peux!"

 

Il s'inquiète un peu qu'on se perde, on le rassure : 

"C'est pas grave si on se perd.

-Oui mais on va pas faire EXPRÈS de se perdre !"

 

Dans un café, la serveuse vient me demander en anglais si Bastien veut des "baked beans". Je lui demande en français : 

"Tu veux des haricots blancs à la tomate ?"

Et sans me répondre à moi, il se retourne vers la serveuse : "No thank you !" (Il a impressionné la serveuse ;-)

 

Régulièrement, quand il fait une blague,  il finit par "Entre parenthèses : hi hi hi !"

 

Pendant un repas de famille, son grand père fait tomber une assiette qui se casse. Bastien qui arrive tout juste de la cuisine et qui n'était donc pas dans la pièce quand c'est arrivé, réagit : 

"C'est pas de ma faute!"

 

On mange des demis melons en entrée : 

"On peut le garder et le mettre sur sa tête pour faire un chapeau melon !"

 

Son grand cousin de presque 21 ans arrive en moto, Bastien est impressionné : 

"Grégoire, il avait trop la classe quand il est arrivé avec sa moto !"

 

 

Posté par ennapapillon à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

10 août 2016

Happy Birthday to me!

C'est mon anniversaire et je n'aipas honte de dire que j'ai 43 ans (même si je dois réfléchir un peu pour savoir si c'est 42, 43 ou 44 et que j'ai un peu bloqué le curseur à 40 et dans ma tête j'en ai encore 29!)

Mais si vous regardez ces images, vous verrez que l'âge n'est rien!

 anniversaire

12933023_1085864054769726_1913832151934376458_n

"Vous n'arrêtez pas de vous amuser en vieillissant, vous vieillissez quand vous arrêtez de vous amuser!"

 

J'en profite  pour souhaiter aussi un bon anniversaire à Estellecalim qui est née le même jour que moi, à Aifelle qui est ma quasi jumelle de blog et ma quasi jumelle d'anniversaire puisqu'elle est du 7 août, et Saxaoul qui est aussi ma quasiquasi jumelle puisqu'elle est du août ainsi qu'Asphodèle et à Sophie Herisson qui sont du 8  août !! Et Val des Quotidiennes de Val qui est du 11 août (encore une quasiquasi jumelle!)... Ça fait une belle brochette de lionnes blogueuses, non? (et j'en oublie sûrement!) 

12792229_953746468036395_3192019782158276572_o

J'aime beaucoup cette carte par Emily McDowell (d'ailleurs j'aime beaucoup cette femme qui a créé des cartes pleine d'empathie (les Empathy cards) pour les personnes qui ont de longues maladies,  cancers et autres souffrances durant lesquelles les amis ne savent pas toujours quoi dire) qui sortent carrément de l'ordinaire.

Traduction de cette carte que j'aime particulièrement (même si elle est un peu "verte")  par mes soins : 

Je promets de ne pas être une conne envers moi-même. Bordel, je promets de m’aimer.

Je me souviendrai que ma valeur personnelle ne se base pas sur mon apparence, combien je pèse ou combien de personnes me suivent sur internet, ou quelque autre merdes stupides qui n’ont rien avec qui je suis.

J’encouragerai d’autres filles ou femmes à prendre le pouvoir. Je serai gentille, violemment gentille. J’aurai de l’humour. Je ferai de mon mieux pour ne pas faire de commérages, causer des drames ou juger les autres (ou moi-même).

Je me souviendrai que ce n’est pas parce qu’une journée a été mauvaise que j’ai une mauvaise vie. Et même lors des journées les plus merdiques, je me rappellerai que je me suffis.

Posté par ennapapillon à 06:00 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :


19 juillet 2016

Summer break! Une pause s'impose!

vacances-logoPietari-Posti-Debut-Art-008

 

Aujourd'hui je vais mettre le blog en pause de billets et au ralenti des commentaires.

Dans quelques jours, nous allons partir 12 jours dans le sud de l'Angleterre et cela faisait bien lontemps que des vacances ne m'avaient autant enthousiasmée : j'ai vraiment hâte d'y être!

Je compte profiter de ces vacances pour lire beaucoup pal de vacances (Cliquez pour voir mes envies de lectures!)

Je reviendrai le 18 août, avec les petites phrases de Bastien.

Je viendrai aussi le  10 août car c'est le jour le plus important de l'année (pour moi) ;-) 

Par contre, il n'y aura pas de bilan de mes lectures de juillet le 1er août (Je ferai le bilan de mes lectures de l'été le 1er septembre!), pas de rendez-vous "Oyez! Oyez!" le 2 août, pas de "Madeleines d'Enna", de recette ou de tirage au sort du Book Jar le 8 août, et pas de "Photo du 8/8 à 8h08 ou 20h08" (mais rien ne vous empeche de jouer chez vous ;-)...

Reposez vous bien si vous êtes en vacances! Bon courage si vous travaillez! Et à tous bonnes lectures!!

A bientôt!

Je vous rappelle que si vous voulez bavarder encore plus avec moi et suivre presque en direct tout ce qui concerne mes lectures et la lecture vous pouvez venir me faire un petit coucou sur ma page facebook du blog : je resterai présente : je suis accro ;-)

Je suis aussi présente sur Instagram où je raconte ma vie en images ;-) 

Posté par ennapapillon à 06:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juillet 2016

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

6 ans et 9 mois et je continue à vous faire part de ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires!

 

Bastien s'est mis à bien faire du vélo sur la digue et il revient d'une balade et me raconte : 

"Quelques fois je voyais des vrais gens qui font du vrai vélo et quelques fois, ils avançaient sans pédaler alors moi quand il y avait personne je pédalais a fond et après j'arrêtais: ça fait du bien!"

 

Il a mal à la tête alors je lui donne du doliprane et à peine la pipette avalée:

"Ça va déjà mieux !"

 

Bastien éclate de rire en lisant un magazine pour enfant : Ben oui, "poil au zizi" à son âge  c'est le summum de l'humour ! 

 

Eva, fan number one des petites phrases de Bastien, a eu le droit à SA phrase lorsqu'elle est venue chez moi! Je lui parle d'une chanson et je lui dis : 

"C'est une chanson qui devrait te parler... 

Et Bastien qui jouait dans un coin réagit : 

"Mais... Ça parle pas une chanson!!"

 

Il nous parle d'un de ses meilleurs copains, Simon était avec lui en maternelle mais avec un an de plus et ils étaient aussi ensemble cette année car le CP et le CE1 étaient mélangés mais l'année ils seront à nouveau séparés : 

"Je serai triste l'année prochaine parce qu'on se verra plus que dans la cour!"

"J'aimerais bien que Simon soit de notre famille !"

 

Il me voit inscrire mon année de naissance sur internet et s'exclame : 

"Ah! Vous, vous êtes nés dans les 1900?!!!"

 

"Est-ce que ça peut se déboiter et se reboiter ?"

 

Il a été un peu malade (rien de grave, des aphtes dans la bouche et donc antibiotique et beaucoup de fatigue et de faiblesse car il ne mangeait presque plus. Il était avec mes parents et ce n'tait pas très drôle pour tous les trois. Un soir, ils m'appellent : 

"Maman : j'ai bien mangé! J'ai mangé toutes mes pâtes et j'ai pas eu mal!" (on se réjouit de peu de choses ;-)

 

Au moment des derniers matchs de la coupe d'Europe, il a vu un reportage à la télé sur l'équipe de France et il m'appelle :

"Allô maman ? Au foot c'est Griezman le champion ! Et moi je vais au lit ! Bonne nuit!"

 

On se balade en ville, je crois quelqu'un à qui je dis juste bonjour en passant : 

"C'est la première fois qu'on croise quelqu'un que tu connais et que tu t'arrêtes pas pour parler des heures avec elle!"

 

Sur internet, il a une liste de favoris qu'il a le droit de regarder avec nous : 

"Lego shop c'est mon favori préféré !"

 

On est allé voir la finale de la coupe d'Europe dans un bar et il n'était vraiment pas passionné : 

"Ça sert rien de regarder le match si y s'passe rien!"

 

Ça faisait des mois que l'araignée du parc avait disparue et quand elle a enfin été réinstallée,  pour la première fois de sa vie il a réussi à aller tout en haut :

"Je crois qu'elle est plus petite qu'avant parce que quand je tends les bras, je touche toutes les cordes et maintenant j'arrive à aller en haut!"

(mais moi je sais que c'est surtout lui qui est plus grand !)

"On a une belle vue de la haut maman! Tu prends une photo pour montrer à papa! Je suis fier de moi!"

 

Nous rentrons vers 1h du mat' d'un dîner chez des amis, je lui dis qu'il peut dormir tard le lendemain matin : 

"Comme hier? 9h30?

-Oui, ce serait bien que tu ne te réveille pas avant.

-Mais si je me réveille APRÈS 9h30, je peux?

-Bien sûr!"

Il n'est pas descendu avant 11h20, heure à laquelle je l'ai trouvé en train de bouquiner dans son lit tranquillement ;-)

 

Et il aime toujours autant lire (il adore "La cabane Magique" et "Beast Quest")

beast quest

Bastien est un peu fatigué de son début de vacances : malade pour commencer et pas mal de sorties tardives : 

"Vivement les vacances!

-Mais on EST en vacances!

-Je sais! J'ai de l'humour, hein?! " ;-)

 

Le 14 juillet, il traîne un peu des pieds pour se prééparer pour aller voir le feu d'artifices : 

"Dépêche toi Bastien! Tu sais, on y va pour toi, on en a déjà vu un hier soir, je suis fatiguée je préférerai presque rester à la maison et me reposer!

-Moi aussi... Mais il faut en profiter... C'est pas tous les jours qu'on peut voir un feu d'artifices..." (Mon fils ce philosophe ;-)

 

Et pour vous faire rire : une vidéo de mon petit comédien! 

Et pour vous montrer qu'on prépare bien nos vacances en Angleterre : 

 

Posté par ennapapillon à 08:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 juillet 2016

"Ru" de Kim Thuy (lu par l'auteur)

debdf8e9822d4768446f6efbf261b31dfdde9f93

J'ai lu ce roman en 2014 et voici ce que j'en avais dit à l'époque :

"Ru" de Kim Thùy

Je ne sais pas trop si ce roman est autobiographique ou romancé. Nguyen An Tinh raconte sa vie : sa jeunesse dorée au Vietnam, l'arrivée des communistes, sa fuite avec sa famille comme tant d'autres "Boat People", son passage horrible dans un camp en Malaisie, son arrivée au Québec et son retour au Vietnam plus tard.

http://ennalit.canalblog.com

 

A l'occasion de l'émission des Bibliomaniacs de juillet, comme nous allions parler de ce roman, j'ai voulu me rafraîchir la mémoire en écoutant la version audio du livre. Je l'ai trouvé sur "Audible" (même si je ne suis pas douée, je n'ai pas réussi à le charger sur mon ordinateur et je l'ai donc écouté avec mon téléphone portable !

Je suis très contente d’avoir relu le roman en audio car c’était Kim Thuy qui le lisait et cela a apporté un vrai plus à ma relecture. En effet, la première fois, j’avais été touchée par les faits et les émotions exprimées par l’auteur mais le texte ne c’était sans doute pas réellement  ancré an moi à cause de la forme, car j’avais eu une impression de survol.

 Dans la version audio, j’ai trouvé que l’auteur, par sa voix, sa façon de donner d’elle en le lisant donnait plus de corps à son texte et je l’ai trouvé beaucoup plus marquant.

Je vous conseille cette lecture audio !

livre audio

 


81950337_p Chez Sylire (Je suis hors thème, car je ne suis allée ni au Vietnam, ni au Canada ;-)

relecture

Afficher l'image d'origine

Posté par ennapapillon à 06:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

"L'incolore Tuskuru Tazaki et ses années de pélerinage" d'Haruki Murakami (lu par Bernard Gabay)

l'incolore

 

Résumé de l’éditeur : « Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d'université jusqu'au mois de janvier de l'année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort.
À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L'un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu , Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur.
Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés.
Un jour, ils lui ont signifié qu'ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n'en a pas cherché.
Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n'aurait pas encore compris qu'il était mort.
Il est devenu architecte, il dessine des gares.
Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l'intrigue mais elle le sent hors d'atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible.
Vivre sans amour n'est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle. »

Je suis un peu partagée sur ce roman qui m’a à la fois plu et à la fois un peu ennuyée.

J’ai aimé le lien qui unissait les 5 amis, le fait que Tsukuru accepte en façade leur abandon mais qu’en réalité cette rupture incompréhensible le tue à l’intérieur. J’ai aimé que Sara comprenne qu’il avait besoin de comprendre ce qui était arrivé à l’époque de cette rupture amicale pour pouvoir avancer dans son présent. J’ai aimé le courage de  Tsukuru quand il va confronter ses amis pour avoir des explications et également la révélation de ce que cachait cette rupture.

Mais j’ai aussi trouvé le roman un peu classique pour Murakami, il me manquait un petit côté déjanté et onirique que j’avais découvert dans d’autres romans de lui (il faut dire que ma première lecture était « Kafka sur le rivage », j’avais mis la barre haute !

J’ai  aussi trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs au début et notamment des personnages secondaires qui n’apportaient rien à l’histoire globale (jusqu’à la fin je me suis demandé quand le personnage de l’ami de fac avec qui il va à la piscine allait avoir une importance dans le récit et l’histoire du père de celui-ci allait-elle avoir un sens à un moment ou un autre… et en fait…non…

Bref, je ne sais pas si je vous vends vraiment ce roman : je pense que si vous êtes fans du côté un peu barré de Murakami vous serez peut-être déçus mais si ce côté-là ne vous tente pas, vous aimerez sans doute. J’ai vraiment envie de lire vos avis pour affiner un peu le mien !

 

livre audio

 


81950337_p Chez Sylire (Je suis hors thème, car je ne suis allée ni au Japon, ni en Finlande ;-)

médiathèque

 

"Histoire de la violence" de Edouard Louis (lu par Philippe Calvario)

histoire

 

Voici la 4ème de couverture : « J’ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m’a abordé dans la rue et j’ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m’a raconté l’histoire de son enfance et celle de l’arrivée en France de son père, qui avait fui l’Algérie. Nous avons passé le reste de la nuit ensemble, on discutait, on riait. Vers six heures du matin, il a sorti un revolver et il a dit qu’il allait me tuer. Il m’a insulté, étranglé, violé. Le lendemain, les démarches médicales et judiciaires ont commencé.

Plus tard, je me suis confié à ma soeur. Je l’ai entendue raconter à sa manière ces événements.
En revenant sur mon enfance, mais aussi sur la vie de Reda et celle de son père, en réfléchissant à l’émigration, au racisme, à la misère, au désir ou aux effets du traumatisme, je voudrais à mon tour comprendre ce qui s’est passé cette nuit-là. Et par là, esquisser une histoire de la violence. »

Cette quatrième de couverture est un résumé du roman/témoignage d’Edouard Louis et concernant l’histoire en elle-même, je n’ai pas grand-chose à ajouter. Le narrateur est Edouard Louis et il parle de sa situation personnelle et en cela c’est encore un témoignage (après le texte coup de poing qui m’a bouleversé quand je l’ai lu « En finir avec Eddy Bellegueule ») mais il apporte aussi une vraie réflexion et un travail d’écrivain en mettant des mots dans la bouche de sa sœur et en jouant sur les différents points de vue.

Il y a d’abord Edouard qui raconte ce qui lui est arrivé et ce qu’il a ressenti avant, pendant et après et puis il y a sa sœur qui raconte à son mari ce qu’Edouard lui a raconté à elle, en donnant aussi son point de vue sur ces faits, et il y a à nouveau Edouard qui réagit in petto  sur ce que sa sœur raconte à son mari. J’ai trouvé ce procédé de chassé croisé et d’interprétations différentes d’un même fait très intéressant. D’autant que cela amenait aussi parfois des questionnements sur le premier roman dans le quel Edouard parle de sa famille à l’époque de son adolescence. J’ai même trouvé que l’auteur en jouait un peu, se moquait un peu de lui ou s’amusait des interprétations qui en avaient été faites à l’époque.

Dans ses réflexions, il y a un réel attachement d’Edouard envers son bourreau, comme s’il le connaissait mieux que tout le monde et qu’il ne voulait pas le blâmer mais le comprendre. C’est assez perturbant car les deux hommes ne se sont fréquentés que le temps d’une nuit et que ça s’est très mal fini mais Edouard a vraiment envie d’être celui qui comprend.

J’ai trouvé très intéressant de lire ce récit d’une agression du point de vue d’un homme (je crois que c’est la première fois que je lis ça) et je trouve qu’il y avait un côté universel : l’incompréhension, la peur, la honte, l’envie de comprendre…

J’ai trouvé touchant de voir qu’une fois à Paris, sorti de son milieu familial, ce sont ses amis qui sont devenus sa vraie famille.

J’ai aimé ce roman / témoignage, que j’ai trouvé fort et bien écrit. J’aimerai toutefois vraiment lire Edouard Louis dans un registre moins autobiographique car il a une plume et j’aimerai le lire dans de la fiction pure (ou en tout cas plus « fictive » ;-)

livre audio

 

Merci à LOGO (1)

 


81950337_p Chez Sylire : Le thème du mois est un livre qui se passe dans un pays que vous avez déjà visité (La France, ça marche aussi !)